11 février 2022 Evenement

Rencontre avec notre invitée de saison, Lulu la Nantaise

la collab’ tip top !

Qui dit nouvelle saison, dit nouvelle collaboration exclusive avec une artiste invitée… Cette année, c’est Lulu la Nantaise, une illustratrice de talent qui donne sacrément la banane, que nous avons rencontrée ! Ensemble, nous avons co-créé une collection capsule mode et maison tout droit inspirée des années 80… Une édition limitée moderne, un rien rétro et qui fait vraiment boum dans nos cœurs. Mais qui se cache réellement derrière cette créatrice passionnée ? Réponses.

Qui se cache derrière Lulu la Nantaise ?

Une jeune fille de 42 ans, qui a voyagé et habité un peu partout, avant de revenir en France il y a douze ans maintenant 🙂 Une maman d’un petit garçon de 8 ans, qui travaille de chez elle et qui s’amuse dans son travail.

Depuis quand exerces-tu en tant qu’illustratrice ?

Je suis venue à l’illustration « sur le tard », en 2018. J’ai toujours été graphiste (et plein d’autres choses encore avant). Cette année-là, j’ai eu la chance d’être représentée par Virginie, mon agent. Cela a galvanisé mon envie de ne vivre que de l’illustration. J’ai alors lâché le guidon des deux mains et décidé de ne faire plus que ça.

D’où vient ta passion pour la couleur et cette touche d’humour qui te caractérise ?

Mes parents, leurs parents avant eux, et la génération au-dessus encore eux, étaient photographes. Je pense que j’ai été baignée dans le monde de l’image depuis toujours. Pour les couleurs, je tiens cela de ma mère, qui adorait décorer la maison et s’habiller comme bon lui semblait, en mettant un point d’honneur à mélanger les motifs et les couleurs ! Pour l’humour et les jeux de mots, pas de mystère, c’est mon père qui m’a tout appris. Aujourd’hui encore, il m’envoie des textos avec des jeux de mots que je pourrais illustrer !

Quelles sont
tes influences ?
Tes inspirations ?

Mes inspirations se trouvent dans les publicités rétro, le travail de Saul Bass et Savignac. J’aime quand l’illustration et le lettrage se mélangent. D’une manière générale, j’aime les choses très graphiques avec un message fort.

Forte de 14 000 abonnés sur Instagram, comment gères-tu cette relation avec ta communauté ?

Je suis très flattée que beaucoup de gens me suivent sur Instagram et parfois déroutée (en bien) de certains messages que je reçois. Beaucoup de gens m’avouent que les illustrations leur font du bien et que c’est le moment de la journée qu’ils attendent (quand je fais un post). Je reçois même des cadeaux de certains de mes abonnés.

Comment s’est passée ta collaboration avec notre marque ? Les échanges avec nos équipes ?

Tous les clients sont cool, et je n’ai pas de mauvaise expérience. MAIS je dois avouer que la collaboration s’est particulièrement bien passée. J’ai senti les équipes à l’écoute et j’ai eu la liberté de création, bien loin d’un simple travail de commande ! Il y a eu un réel échange avec vous toutes, en sortant du cadre « client/prestataire ». Il y a eu une réelle considération et ça fait du bien.

Que penses-tu de cette collection capsule co‑créée ensemble ?
Te ressemble-t-elle ?

J’ai une faiblesse pour les années passées… Et l’on me dit souvent que mon travail se situe plutôt dans les années 50/60. Alors, passer aux années 80 était un réel challenge. J’ai vite réalisé que je n’avais pas de pression à me mettre et que vous m’avez fait confiance dès le début. C’est un réel avantage de se sentir en confiance quand on travaille. Elle me ressemble forcément car j’ai pu y mettre ce que je voulais : des illustrations et du lettrage ! J’ai pu choisir mes couleurs. Donc oui, elle me ressemble cette collection !

Ce retour aux années 80 t’a rappelé quelques souvenirs ? Dis-nous tout !!!!

Il y a eu quelque chose de jouissif aussi effectivement à fouiner dans les souvenirs. C’était chouette de pouvoir mettre en « œuvre » cette époque dans laquelle j’ai grandi ! Cette période, au final, c’est celle que je connais le mieux !

Ton expression favorite
de cette époque ?

Celle que j’ai choisi pour la collaboration : « Sensass ». Rien qu’en le disant à voix haute, j’ai tout de suite l’image d’un fuseau à paillettes, d’une boule à facettes et de patins à roulettes ! Je trouve ce mot chic et décalé !

1 Commentaire

Laissez-nous un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *